C’est ton regard posé sur moi

Qui m’enferme ou bien qui me libère

C’est ton regard qui fait de moi

Un humain dont je puisse être fier

SALIM BENFODDA
Affiche Reflet.png

« Le reflet du miroir » est une pièce montée dans le cadre du projet « Du sujet à l’acteur - Rencontres autour de la souffrance psychique » que nous menons à Vitrolles depuis plusieurs années. Ecrit à partir des parcours de vie de personnes en situation de handicap ou touchées de près par le handicap, ou plus précisément de ce qu’elles ont envie d’en dire, ce spectacle dépasse largement le cadre du témoignage pour venir interroger les spectateurs sur le regard que la société pose sur le handicap. Conçu comme un spectacle d’interpellation, mais pas que, comme un spectacle de sensibilisation, mais pas que, « Le reflet du miroir » nous embarque dans une réflexion collective et pose les questions que nos acteurs, en situation de handicap ou touchés de près par le handicap ont voulu poser. Ils s’adressent au monde et tout en décrivant ce qu’ils appellent tous leur « parcours du combattant », ils nous incite à réfléchir avec eux, à penser les conséquences  de ce qu’ils vivent, et à nous émouvoir pour faire du commun et pour retrouver ce qui nous réunit. On y pleure, on y rit, et surtout on s’y rencontre autour de ce qu’à Artémia, nous appelons une humanité commune. 

Les spectacles montés à Artémia sont surtout l’occasion de créer la rencontre autour de thématiques sociales. Ainsi, au-delà de la représentation, ils sont aussi composés de débats, d’ateliers et d’échanges participatifs avec les spectateurs. En ce qui concerne « Le reflet du miroir », nous abordons les questions liées

· A la dépendance et la manière dont elle agit sur la citoyenneté des personnes ;

· A l’isonomie, les droits fondamentaux et la relation de citoyen à citoyen avec des personnes en situation de handicap ;

· Au regard porté par les personnes et par la société sur les situations de handicap ;

· A l’insertion professionnelle et l’inclusion sociale pour les personnes en situation de handicap.

 

Monté en partenariat avec l’OETH (Objectif Emploi pour les Travailleurs Handicapés), notre spectacle et les ateliers qui le suivent permettent de venir poser la question de l’emploi,  du maintien dans l’emploi et des dispositifs d’accompagnement à l’emploi des personnes en situation de handicap. Il peut bénéficier du soutien de l’OETH pour venir sensibiliser et questionner ces sujets au sein de structures partenaires. 

logo-oeth.png

Quand on a vu que Thomas était différent, des pédopsychiatres m’ont dit que c’était ma faute, que c’était à cause de ma grossesse. Que j’étais responsable de son état…

 

Il faut encore que j’explique à 57 ans que je ne vois pas. Ça va durer encore longtemps ? J’en ai ras le bol. Ras le bol de toujours devoir me justifier, m’expliquer, juste pour que les gens comprennent que je ne peux pas faire comme un voyant, et qu’il faut que mon environnement soit adapté pour que je puisse vivre en citoyen… Est-ce que je verrai un jour un monde adapté à mon handicap ?

 

Je me sens isolée… Je me sens jugée… J’en ai marre de toujours demander aux gens de répéter ce qu’ils disent, d’être obligée de partir quand il y a trop de bruit ambiant… Je finis par m’écarter, par ne plus me sentir comme les autres.

 

On dirait que les gens nous voient comme des pestiférés… J’aimerais qu’on voit les gens comme ils sont, pas par rapport à une étiquette, handicapé, qui ne veut rien dire…